19/08/2008

Dactylographie du voyage

Nombreux furent ces jours de pluies fortes
Où les gouttes glissantes ruisselèrent au carreau
Au miroitement d'un soleil : toutes escortes
D'orages et d'éclairs qui suivaient cet étaux.

De larges manteaux noirs, figés sur le quai
Avec la danse des parapluies pour corolles
Des femmes blondes, blanches au lait
Dont les robes fleurissent jusqu'au sol.

J'ai marché bien au dessus de la mer,
Et j'ai goûté à son parfum,
 Mes pas écrasant le vert
D'herbes folles et de sables fins

Opéras vacarmes, chansons de chœurs
Bruxelles la nuit ou quelques murmures
Qui s'échappent de la clameur,
De ces foules et des voitures.

Marchés médiévaux, où l'on vous tend le pain
Doré jusqu'à la mie, chaude et toute tendre
Tous ces artisans, confections en mains
Qui vous appellent pour vous méprendre.


L'aurore est ardente sur le cinquantenaire,
Et les chevaux de plomb en sont l'ombre
On les touche du réveil, avec dans l'air
Quelque chose de brûlant et de sombre.

J'embrassais le jour avec toute mon audace
D'être là, si jeune et pourtant si vaincue
Par delà ces rues longées de terrasses
Et d'hommes délabrés par mon souvenir reclus.

 


Forêts de pins ou de peines
Sentiers sinueux
Où la mousse embrasse le chêne
Au chemin des adieux.

1497661466_small

 

 


Découvrez Radiohead!

18/08/2008

Candélabre


Toucher la cerise, et mourir pour un Rouge
Assommé par l’extase vibrante des oiseaux
Et contempler comment ses paupières bougent,
Dans l’ombre vermeille et ronde d’un caillot.


Jardins de poudres,  livrés aux herbes raz
D’où jaillissent les vers par-dessous la pomme
Et dont l’ornement un étang de vase
Est flétri de rides comme un vieil homme.

Femmes gracieuses à l’encre de jasmin,
Aux bols blanchis par le riz, qui sonnent parfois
Sur le sol vibrant aux jattes de bois ;
Et laisse à la terre un parfum.

 

 

Oublie cela, tais la vague des paumes blanches,
Au dessus desquelles les écumes vides s’épanchent
A l’iode des salaisons.
Et plonge, tête brisée par delà les tambours,
Tout contre le film visqueux et lourd,
De l’horizon.
La guerre des roses ou des cerisiers mauves
Dans les allées brunes du jardin ;

1758976224