21/09/2008

La complainte de l'adultère

Cassandre mon amie pourquoi ces nausées,

Et que font-elles ainsi blotties dans ta gorge ?

Tes pas sont lourds, trempés par l’acier des forges

Et ta robe traine sale, sur le pavé.

« Mes mains étaient lavées par l’argile

Mais à présent les voici souillées de boue ;

Je fus l’adultère peu habile :

J’ai rendu mon mari fou. »

Cassandre, ma sœur tes joues sont si maigres

Tes pommettes ont pris la couleur du raisin

Quel est donc ce secret bien aigre,

Qui te cause tant de chagrin ?

Mon visage fut voilé par l’ennui, un jour

Et je fus perdue à jamais, car

A Un rêve, de légèreté et d’amour

Je pris part.

Cassandre, ma fille que fais-tu à la maison ?

Où as-tu perdu le clair de tes yeux si gais ?

Lorsque nous te voyions :

Tu riais

Ma mère j’ai tant de honte à vous revoir

Ma chambre était elle si sombre autrefois?

Est-ce ainsi que j’étais dans le miroir

Je me voyais plus pieuse que cela.

Cassandre, mon amour pourquoi m’as-tu trahi ?

Est-ce là l’orgueil qui t’a rendue folle ?

J’étais épris :

Tu es frivole. »

« Et je tremble aujourd’hui de vous voir souffrir ;

Malheureuse de n’avoir su comprendre

Pour un peu de plaisir :

Je me suis fait prendre. »

Ever_Sad_III_-_Dying_Love

 

 


Découvrez Les Yeux Noirs!

http://www.sosmyblog.com/logo.jpg

Commentaires

Magnifique poésie Magnifique poésie qui s'accorde très bien avec cette délicate illustration. Je ne suis pas familié de ton blog mais je pense garder ton lien qui s'ajoutera aux étoiles de mon monde^^!

Écrit par : foxxy1 | 13/01/2009

Les commentaires sont fermés.