01/03/2009

Le torrent a fait se renverser tous les navires, Pour que chaque trésor, étincèle de leur or, tes yeux de saphir.

Le torrent est ma fourrure bleue,
Hérissée, parfois douce et les cailloux
Ont ce noir des puces a qui les yeux
Rugissent plus voraces que le loup.
Le torrent est ma poussière,
Inondée sur le bois du grand caveau

Il ploie sous les crucifères
Et la bave des escargots.
Le torrent est par-dessous la chute,
Du galet qu’on lance sur la maison
Et qui réveille le chient hirsute
Dont le poil suinte le poisson.
Le torrent glisse puis se déverse
Dans la mer où les bateaux
Titubent comme les archers perses
Dansent sur leurs chevaux.
Le torrent galope et je veux le saisir
Tout entier dans ma gorge pour y boire
Le sang des écailles qui transpirent
Et les lessives sales des lavoirs.
C’est le torrent qui m’a conduit,
Jusqu’aux îles parfaites de tes deux yeux
Où les plages sont la suie
Qui encerclent tout le bleu,
De tes deux si beaux yeux.

le_bleu_de_tes_yeux_by_GustavoPastrana

01:14 Écrit par Comtesse Christa dans Eaux emportées | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |