08/12/2008

Les Traditions Barbares....

Mes veines ont l’éclat des vignes riches, tant abondantes,
Qu’elles se dispersent dans l’effervescence des lilas en fleur
Et elles gueulent sous ma peau blême et rougissante
Plus brulante que les catins sans odeurs.

Il rampe, ce vermillon noir, sur le tapis du sol
Et je sais que les planches de bois, en ont la nausée
Car le sang c’est l’ivresse noyée dans une rigole,
Où délirent les feuilles et les bouts de papier.

Je me secoue les veines lorsque je danse,
Avec des lunes indiennes dans le sombre des yeux,
Je suis ces cordes éparses qui toutes en transes
S’entremêlent dans le bain terrifiant des adieux.

Il me semble être Venise, tant il y a de gondoles,
Sur les fleuves soupirants de mes larges entrailles;
Et je voudrais m’allonger un peu, tout contre ce sol
Au milieu d’un champs de fleurs rougies de cisailles.

Maintenant voila, je dors, et l’infini silence demeure
Je suis ce champs de bataille où mes souvenirs se meurent.

 

Sans titre




Découvrez Rob D!

22:43 Écrit par Comtesse Christa dans Je lève mon coeur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |