21/09/2008

La complainte de l'adultère

Cassandre mon amie pourquoi ces nausées,

Et que font-elles ainsi blotties dans ta gorge ?

Tes pas sont lourds, trempés par l’acier des forges

Et ta robe traine sale, sur le pavé.

« Mes mains étaient lavées par l’argile

Mais à présent les voici souillées de boue ;

Je fus l’adultère peu habile :

J’ai rendu mon mari fou. »

Cassandre, ma sœur tes joues sont si maigres

Tes pommettes ont pris la couleur du raisin

Quel est donc ce secret bien aigre,

Qui te cause tant de chagrin ?

Mon visage fut voilé par l’ennui, un jour

Et je fus perdue à jamais, car

A Un rêve, de légèreté et d’amour

Je pris part.

Cassandre, ma fille que fais-tu à la maison ?

Où as-tu perdu le clair de tes yeux si gais ?

Lorsque nous te voyions :

Tu riais

Ma mère j’ai tant de honte à vous revoir

Ma chambre était elle si sombre autrefois?

Est-ce ainsi que j’étais dans le miroir

Je me voyais plus pieuse que cela.

Cassandre, mon amour pourquoi m’as-tu trahi ?

Est-ce là l’orgueil qui t’a rendue folle ?

J’étais épris :

Tu es frivole. »

« Et je tremble aujourd’hui de vous voir souffrir ;

Malheureuse de n’avoir su comprendre

Pour un peu de plaisir :

Je me suis fait prendre. »

Ever_Sad_III_-_Dying_Love

 

 


Découvrez Les Yeux Noirs!

http://www.sosmyblog.com/logo.jpg